Du lac de Constance à Saïgon

Après l’armistice du 8 mai, qui le vit à Lindau, sur les bords du Lac de Constance, mon grand-père Marcel est resté quelques mois en Allemagne, dans le cadre de l’occupation du pays par les armées alliées.

D’abord à Solingen, près de Düsseldorf, dans l’actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie, puis à Jockgrim, à côté de Karlsruhe, en Rhénanie-Palatinat, à proximité de la frontière française.

Joaknin, juillet 1945

Joaknin, juillet 1945

 

Durant cette période, il ira à Paris, défiler sur les ChampsÉlysées pour le 14 juillet 1945.

Il change alors d’unité et passe à la 12ème batterie du 4ème groupe à Klingenmünster, à cinq kilomètres de Wissembourg. Il suit un court de téléphoniste dans la région début septembre.

Il quitte définitivement l’Allemagne le 21 octobre 1945 pour un mois de classes au camp du Valdahon, dans le Doubs.

Manoeuvres au Valdahon, novembre 1945

Manoeuvres au Valdahon, novembre 1945

 

Manoeuvres au Valdahon, novembre 1945

Manoeuvres au Valdahon, novembre 1945

A cette époque-là, la guerre du Pacifique est à peine terminée, après la capitulation japonaise du 2 septembre 1945. Ho Chi Minh a proclamé l’indépendance de la République démocratique du Viet Nam le même jour, profitant de la désorganisation totale de l’administration coloniale française en Indochine suite au coup de force des Japonais le 9 mars de la même année. Pour reprendre le contrôle du territoire, l’État Français envoie, sous les ordres du Général Leclerc, un Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient. 

J’ignore à quel moment on a demandé aux jeunes engagés « pour la durée de la guerre » s’ils souhaitaient partir en Indochine. Je ne sais pas non plus pour quelle raison mon grand-père a décidé de s’embarquer dans cette aventure. Leur a-t-on même donné le choix ? Toujours est-il qu’après le Valdahon, et une courte permission, il touche son habillement colonial et embarque à Marseille le 15 décembre, sur l’Arundel Castel. Après trois semaines de traversée, via le Canal de Suez et l’Océan Indien, mon grand-père fera partie des premiers contingents qui débarqueront au Cap Saint-Jacques, début janvier 1946.

Embarquement à Marseille des canonniers du G.A.C.M.L. sur l'Arundel Castel, le 15 décembre 1945.

Embarquement à Marseille des canonniers du G.A.C.M.L. sur l’Arundel Castel, le 15 décembre 1945.

Toutes les photos de ce billet sont issues de la boîte retrouvée l’an dernier.

Marcel au canon

Marcel au canon

 

Sur la carte ci-dessous, j’ai repris in extenso les textes de son carnet de bord, à l’exception des intertitres.

Lindau - Saïgon

La suite au prochain numéro…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *